AIKI-DOJO de MONTS       

AIKIKAI DE TOURS

.

.Logo-2.jpg

.

     Enseignement       Horaires des cours       Plan d'accès        Fiche d'inscription      Contact    

..                                                                                                                                                                                  

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

CLUB OFFICIEL

Renseignements @mail

ou 06 70 98 22 50         facebook.png

logo_ffab.gif

    Logo ENA.jpg

logo aikikai.jpg

Gradés Aïkikaï du Club

CALENDRIER
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
105 Abonnés

Cette rubrique est à votre disposition
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Pour toute information, en lien avec l'environnement culturel de l'Aïkido, que vous souhaiteriez partager il suffit de l'adresser par email à : 

Contact

Elle sera ensuite mise en ligne dans cette page.
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

.

.

.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dominique le 23 septembre 2018

Profitez d'une belle journée pour visiter le jardin botanique de Tours, dédié au Japon le samedi 29 septembre.

Et pour ceux qui voudraient y aller directement après les cours du matin, pas de problème, notre ami Takayoshi (http://www.sangamiso.fr/) sera là-bas, aux fourneaux.

Bonne visite à toutes et à tous.

Japon-jardin- botanique-Tours.png

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 3 juin 2018

La pratique de l’aïkido nous apporte, en plus de l’aspect purement technique, des notions plus vastes et plus universelles que Didier nous communique années après années. Tout ce travail de fond effectué au dojo, sur lequel les Gasshuku successifs reviennent à chaque fois plus précisément, sont parfaitement développés dans un petit livre, « Zen et arts martiaux » de Taisen Deshimaru.

T. Deshimaru, que Tamura sensei connaissait bien, était un moine zen japonais, petit fils d’un des derniers samuraï, qui développa le zen en Europe dans les années 60. Il y fonda notamment le centre de la Gendronnière, dans le Loir et Cher, plus grand centre zen d’Europe. Dans le petit livre « Zen et arts martiaux », l’auteur développe entre autres, à travers des enseignements dispensés à l’époque et des entretiens avec des proches, les notions de ki, de respiration, de zanshin (vigilance), de mushin (esprit vide), et montre l’importance fondamentale de l’exercice zazen pour la pratique des arts martiaux.
.
« Dans les arts martiaux, généralement, la technique est indispensable pendant dix à vingt ans. Mais finalement, l’état d’esprit prime, cela est particulièrement évident dans le tir à l’arc. Entre l’esprit et le corps, l’esprit et le waza (la technique), la respiration établit la liaison. Finalement, posture et respiration s’unifient. La respiration devient ki, comme le ki de aïkido. Dans le Budo, rappelons le, il y a trois points essentiels : la technique (waza), l’activité (le ki) et l’esprit (shin). Et zazen, par la posture, on peut équilibrer l’état d’esprit et la respiration ».
.
L’auteur parle également des points de pressions (kuatsu) importants, du « lâcher prise », et de l’importance de pratiquer « sans but ni esprit de profit ».
.
.
Zen-et-arts-martiaux.jpg
.
.
Ce livre est un ouvrage indispensable, à petit prix (environ 6 euros), facile à lire, et complète en tout points les notions plus profondes abordées lors de notre pratique quotidienne.
.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Aïki Gasshuku 2018

18 au 21 mai à Dinard

.

Compte rendu rédigé par Mathieu

Photos saisies par Mathias

Cliquer pour télécharger le Rapport technique rédigé par Didier 

.

Aiki Gasshuku 2018 01.jpg

.

Attendu avec impatience dès la fin de la seconde édition de 2017, le troisième gasshuku s’est déroulé du 19 au 21 mai 2018 sous les meilleurs kamis, et sous l’œil photographique de Mathias. Il est vrai que toutes les conditions étaient réunies pour faire de ce stage intensif une expérience enrichissante : un lieu maintenant familier et parfaitement adapté à un gasshuku, le Campus Sport Bretagne de Dinard, des conditions climatiques qu’on ne pouvait rêver meilleures en cette période de l’année, et un groupe de treize pratiquant(e)s motivé(e)s et prêt(e)s à remettre en cause leurs certitudes sous la conduite exigeante mais néanmoins bienveillante de Didier.

.

 Aiki Gasshuku 2018 02.jpg  Aiki Gasshuku 2018 07.jpg

.

Au même titre que les trois temps de la Respiration (inspiration / suspension / expiration), thème proposé par Didier comme fil conducteur de ces trois jours, la pratique quotidienne s’est répartie sur trois créneaux. Le premier cours de la journée, 6h-7h30, d’aucuns diraient de fin de nuit, était consacré au travail sur soi. Hubert démarrait la journée par une séance de zazen, chacun trouvant à portée de main, en guise de coussin - des petits bancs dont certains fait-maison, des kimono pliés, ou encore des protège-tibias empilés -, de quoi adopter une posture confortable, avec des fortunes diverses, propice à la pratique de la méditation. Didier poursuivait par des exercices de méditation énergétique, de gymnastique japonaise et autres huit pièces de brocart, préparant ainsi le corps et l’esprit aux différentes pratiques à venir au cours de la journée, tout en mettant un accent particulier sur le lien entre ces exercices et la respiration.  A noter que le dimanche matin nous avons eu droit à un exposé plus théorique sur la notion de respiration, des mécanismes connus de tous et qui "permettent de vivre" comme l’a si bien dit le jeune Takuan présent à Dinard, aux notions plus avancées de respiration cellulaire. Cet exposé, suivi d’une séance de questions / réponses, permettra à chacun d’approfondir le sujet selon ses aspirations.

Le second cours de la journée, 9h-11h30, était consacré à la pratique des armes "en solo", en connexion direct avec le cours précédent dans la mise en application des principes de respiration et de posture. Le troisième cours, 15h-18h, effectué sous le soleil de la plage et sous le regard d’un public curieux (notamment d’une très jeune demoiselle, tremblante sous l’effet d’un vent frais, et esquissant quelques pas de danse comme pour communiquer avec ce groupe aux "chorégraphies" intrigantes), était consacré dans la mise en application à deux partenaires du travail des armes. Le Bokken fut le sujet d’étude du samedi, le jeune Takuan ayant laissé sa place au jeune Miyamoto pour l’occasion, et le Jo celui du dimanche, le jeune Gonnosuke prenant alors le relais de Miyamoto. Un travail mixte Bokken / Jo concluait le travail aux armes lors de la session du lundi matin.

A noter que le travail de l’après- midi fut l’occasion de ressentir, extérieurement et/ou intérieurement selon le niveau de pratique, l’effet des 5 éléments de la culture traditionnelle japonaise évoqué par Didier lors des cours matinaux : la Terre (le sable semblait plus dur et donc moins conciliant que l’année passée …), l’Eau (certains bas de hakama en ont gardé provisoirement la trace …), le Feu (non, ce n’est pas que l’effet du soleil …), le Vent (frais mais pas du matin …), et pour finir le Vide (nous sommes treize à encore en chercher le sens …).

.

Aiki Gasshuku 2018 08.jpg

Aiki Gasshuku 2018 10.jpg

.

Ces moments de pratique furent par ailleurs rythmés par les traditionnels repas pris en commun au sein du campus (avec un retard à l’allumage de la machine à café lors du premier petit déjeuner … seulement la machine à café ?), renforçant ainsi les liens entre nous au travers d’échanges autour de la pratique du jour ou de tout autres sujets, sans oublier la sieste régénératrice, le jeune Florian-Miyamoto-Takuan-Gonnosuke s’étant révélé notre maître à tous sur le sujet. Certains d’entre nous, la notion de plaisir étant toute relative quand on atteint 80°C, ont également goûté aux joies du sauna à l’issue du cours du dimanche après-midi.

.

Aiki Gasshuku 2018 25.jpg  Aiki Gasshuku 2018 29.jpg

Et comme un gasshuku sans kouign-amann, sans pot sur les remparts de Saint-Malô, sans coucher de soleil sur la plage de Dinard, ne serait pas véritablement un gasshuku, nous n’avons pas dérogé à la tradition !

.

Aiki Gasshuku 2018 31.jpg

.

En conclusion : rendez-vous en 2019 !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dominique le 21 avril 2018

Les 27, 28 et 29 avril aura lieu la 4ème édition de YAMATO, le printemps du Japon à l'espace Nobuyoshi, la Mulonnière 37360 Saint Antoine du Rocher (Plan de situation).

De nombreuses animations, expositions sur le thème du Japon traditionnel (Yamato) se tiendront dans ce cadre superbe. D'ailleurs c'est lors de la deuxième édition, en 2014, que Fulbert a présenté sa sculpture en pierre du buste de O Sensei.

.

      Yamato-2018-espace-Nobuyoshi.jpg    Sculpture O sensei finie.jpg

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Takayoshi le 7 avril 2018

Je vous informe que l'Association Amitié St Cyr Japon organise dimanche 15 avril, au Dojo Konan, son HARU MATSURI (fête du printemps).

Voir le programme.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 7 avril 2018

Voici un livre/BD road movie, qui a l’air chouette « Japon, à pied sous les volcans", même s’il est destiné aux ados. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pascal D. le 27 mars 2018

M. Takayoshi Hirai, en plus d’être un de nos solides pratiquants au Dojo, est également traiteur japonais à Veigné, au domaine de Thorigny 

http://biosanga.com/ 

Mais sa spécialité, très rare en France, est la production artisanale du miso, ingrédient de base de la cuisine japonaise.

Un petit groupe, membres du club, a eu la chance de visiter le laboratoire de Takayoshi.

Nous avons pu en premier lieu en apprendre plus sur l'origine du Miso, condiment nécessaire à la cuisine japonaise.

Miso-2.jpg           Miso-3.jpg 

Miso-1.jpg

Le Miso se fabrique à l'aide de la fermentation du Koji (lui-même fabriqué à base de fermentation de céréale), de soja et de sel.

Dans le cas d'un Koji à base de riz, ce dernier provient de Camargue.

Takayoshi nous a ensuite expliqué sa méthode de fabrication, les différentes étapes, jusqu'au produit fini.

En fonction de la durée de fermentation du Miso et de la céréale utilisée pour le Koji, le Miso peut avoir des couleurs et des gouts variés.

Du blanc cassé (lorsque le Koji est à base de pois chiches) au rouge (Miso fermenté deux ans à base de riz).

Miso-4.jpg  Miso-5.jpg

Tous les produits réalisés par Takayoshi sont biologiques et labellisés Nature & Progrès.

Lors de la visite, nous avons également eu la chance d'avoir la présence de deux fabricants de Tofu biologique (méthode chinoise).

Nous avons donc pu, lors de la dégustation de Miso, accompagner ces produits aux Tofus.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 13 mars 2018

A l’occasion du 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon en 2018, la Fondation du Japon ouvre une série d’expositions  "Japonismes 2018 : les âmes en résonance" (Juin 2018 - février 2019).

La Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP : https://www.mcjp.fr/) représente la Fondation du Japon (The Japan Foundation : http://www.jpf.go.jp/e/about/area/japonismes/index.html) en France.

Les trois piliers d’activité de cette fondation, dont le siège se trouve à Tôkyô, sont : les arts et la culture, la langue japonaise, et enfin les études japonaises et les échanges intellectuels.

.

« Japonismes 2018 : les âmes en résonnance »

« 2018 marque le 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France. Cette année commémore également le 150ème anniversaire du début de l’ère Meiji, moment où le Japon s’engageait sur la voie de la modernité et s’ouvrait à l’Occident en apprenant de lui. La rencontre entre le Japon et l’Occident au XIXème siècle mit l’Europe en effervescence avec le mouvement japonisme. Quelle est la signification d’organiser, une nouvelle fois en France, « Japonismes 2018 » ?

2018 coïncide également avec le 150ème anniversaire de la naissance de Paul Claudel, dramaturge, poète, et ambassadeur de France au Japon au début du XXème siècle. Il fut un grand expert du Japon en son temps et dans son essai « Un regard sur l’âme japonaise », il y décrit les Japonais comme capables de ressentir les supériorités de la Nature qui transcendent les êtres humains. Plutôt que d’insister sur l’égo, les Japonais font preuve de respect et de révérence envers ces supériorités, ce qui est une caractéristique remarquable de ce peuple. Dans la littérature et l’art japonais, on peut remarquer cette particularité que Paul Claudel appelle « l’humidité de l’âme ».

En effet, les Japonais ont sans cesse créé de nouvelles expressions culturelles, en fusionnant les influences venues de l’étranger avec leurs propres traditions. Ils ont su apprécier la Beauté qui se trouve au-delà du Bien et du Mal, où différentes valeurs vivent parfois en harmonie et, à d'autres moments, s'entrechoquent, mais finissent par coexister. Les Japonais ont cette sensibilité pour ressentir « deux choses en une » et trouver la beauté de cette union et de cette harmonie, ce qui pourrait être appelé «le mélange et l'harmonie des différences». L'âme japonaise perçoit dans la Nature le spirituel comme séparé du physique, et maintient une position de vénération pour cette nature, même face aux désastres. Et c’est précisément là que Paul Claudel capte l'essence même de l'esthétique japonaise.

La fascination de la France pour la culture japonaise tient historiquement à la curiosité suscitée par de nouvelles formes qui ont fortement marqué les avant-gardes françaises les plus célèbres du XIXème siècle. 150 ans plus tard, alors que nos sociétés se sont profondément transformées, c’est cette même quête de nouveauté qui conduit le public et les artistes français à tourner leur regard vers le Japon contemporain, source continue d’inspiration et d’innovation.

Les Français sont mondialement réputés pour leur histoire, leurs arts, leur culture et leur spiritualité. C'est pourquoi, à travers Japonismes 2018, le Japon et la France pourront faire résonner leur sensibilité et ainsi collaborer harmonieusement ensemble. Grâce à cette «résonance des âmes», le Japon et la France pourraient ainsi trouver de nouvelles pistes pour continuer de travailler ensemble au XXIème siècle afin de relever les nouveaux défis auxquels la communauté internationale est confrontée.

A l’instar du choc esthétique provoqué il y a un siècle par la découverte des estampes japonaises, Japonismes 2018 témoignera de la vitalité de la création nippone contemporaine et de sa capacité renouvelée à surprendre. Étonner, réinventer sans cesse les traditions et donner à voir une nouvelle génération d’artistes, de designers, d’architectes ou de cinéastes, tel est l’ambition de Japonismes 2018. »

.

Le programme des différentes expositions / conférences / rencontres est encore en cours d’élaboration mais vous pouvez dès maintenant admirer au musée Guimet une exposition exceptionnelle d’armures et d’attributs de daimyo (http://www.guimet.fr/event/daimyo-seigneurs-de-la-guerre-au-japon/). Le catalogue (39 €) est très complet, avec une nomenclature précise des différents éléments de ces ensembles.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 26 novembre 2017

Cours avec le ninja Sugiyama Kazuo (Iga ryu)

.

Ninja 01.jpg

Début septembre nous avons été contactés par Sugiyama Kazuo sensei qui avait remarqué notre Dojo depuis le Japon via le site internet.

Il se présentait ainsi :

« Je suis japonais, j’ai 75 ans, j’habite à Tsu, préfecture de Mie bien connue pour la pratique Ninja (Iga ryu). Je pratique l’ancien Aïki et les techniques Ninja depuis 40 ans. Ma vie est consacrée au Budo (Ndr : il est électricien à la retraite). Je suis très heureux que vous propagiez la culture et l’esprit japonais.

Si vous le permettez, puis-je venir pratiquer et échanger avec vous. J’aimerais pratiquer avec vous l’Aïki, le jo, le ken. Mon style Aïki est différent de l’Aïkikaï, c’est un mélange de techniques Aïki et Ninja.

Il y a 20 ans mon sensei et moi sommes allés en France chez Tamura Sensei et aux Etats unis chez Yamada sensei.

J’ai planifié un voyage en France en novembre mais si vous voulez je peux changer de mois. »

C’est ainsi que nous avons convenu avec lui de partager un temps de pratique le mercredi 22 novembre. Cette soirée était ouverte à tous, quel que soit le niveau. Chacun a donc pu profiter et découvrir cette pratique de budo du Ninjutsu traditionnel, pratique réalisée en tenue de ninja, pour le plus grand plaisir des pratiquants du dojo.

Ninja 02.jpg Ninja 03.jpg     Ninja 13.jpg Ninja 20.jpg  

 Ninja 18.jpg  Ninja 10.jpg

Nos trois jeunes aikidokas présents (Carl, Florian et Louis) ont pu « prendre la pose photo » en fin de cours au côté de cet authentique ninja japonais (qui a débuté le ninjutsu et l'aikido en 1963 !), situation somme toute assez rare dans la vie d’un budoka français.

Ninja 04.jpg  Ninja 08.jpg

Ninja 12.jpg

Enfin, nous avons partagé un agréable buffet approvisionné par les participants avec comme consigne de rester dans le registre de la gastronomie française afin que notre invité puisse découvrir quelques spécialités de notre pays.

Chacun est reparti absolument enchanté par cette soirée autour du très sympathique, abordable et souriant Kazuo Sugiyama sensei.

Ninja 26.jpg

Jean a de son côté assuré avec gentillesse l’accueil de Kazuo à son domicile et lui a fait découvrir quelques châteaux de la Loire le lendemain, achevant ainsi le cours séjour de notre ninja en Touraine.

Pour en savoir plus sur les Ninja voir l’excellent article spécialement rédigé par Thierry M. ci-dessous.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Thierry M. le 31 octobre 2017

Le ninjutsu

 

Ninja... ce mot récent est apparu seulement à partir de 1950, alors que ces personnages sont depuis longtemps exploités dans le folklore japonais (théâtre No). Le «boom ninja » est à son apogée dans les années 1970/1980, dans des films de série B, intéressant même les producteurs américains. Pourtant, que ce soit dans son pays d'origine ou partout ailleurs dans le monde, le ninja est particulièrement méconnu. Il reste dans l'esprit populaire l'homme vêtu de noir (même le jour !), doué d’une force surhumaine et de pouvoirs extraordinaires, ainsi qu'un acrobate hors norme, un tueur impitoyable, un espion, un voleur... Quelle est la part de vérité historique dans tout cela ?

 

Au départ, le ninja était désigné sous le nom de kancho, seppo puis shinobi no mono, pour ne retenir que shinobi, autre transcription de ninja (nin : furtif / sha, ja : spécialiste). De toutes ces dénominations se dégage leur fonction principale : l'espionnage, avec tout ce que cela comporte : semer le chaos, assassiner, s'infiltrer et surtout s'exfiltrer… Œuvrant toujours dans l'ombre (nin), ils ont été présents dans tous les grands tournants de l'histoire du Japon.

 

Les samurais étaient les guerriers (bushi) officiels ; ils répondaient à un code strict et précis (le bushido), l'honneur et la dévotion à son maître étant au centre de ce code. Les shinobi, eux, faisaient parti de la caste basse de la société, considérés même comme « non humain » (inhin). Ils avaient leur propre code de conduite ou l'égo n'avait aucune place, ainsi leur fonction lors de missions pouvant les amener à subir des humiliations, choses totalement inadmissibles pour un bushi. Il fallait aussi pouvoir supporter physiquement et psychologiquement une vie dure et austère ; c'est pourquoi Endurance et Persévérance dans l'Effort sont leurs maîtres mots. Ainsi, dès la plus petite enfance, le shinobi était contraint à un entraînement éprouvant.

 

A aucun moment il ne leur serait venu à l'idée de « casser » l'image que l'on avait d'eux, auréolée de mystère, les fausses croyances contribuant à accroitre leur pouvoir. C’est pourtant en utilisant leur savoir des sciences concrètes de la nature que le shinobi entretenait ces pouvoirs mystiques dont on l’affublait. Nature hostile, les montagnes de la région de Mie, près de kyoto étaient donc un terrain de prédilection pour des entraînements d'une extrême rudesse. Deux clans Ninja se démarquent de tous les autres pourtant présents sur le sol nippon : le clan Iga et le clan Koga, que l'on a à tort opposé alors que l'on sait maintenant qu'ils échangeaient volontiers leurs tactiques de guérilla, gage de survie. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : survivre quoi qu'il en soit, différence fondamentale avec le samurai qui, lui, honorait la mort. Ces montagnes étaient peuplées aussi par les moines Yamabushi (celui qui « dort dans la montagne »), guerriers eux aussi mais adeptes également de la secte shingon aux techniques ascétiques rudes, parfaites pour renforcer le mental. C'est probablement de la que vient le Kuji non in, entrelaçage des doigts (mudra) associés aux mantras et sensés développer leur acuité, les protéger, les faire disparaître, etc...

 

Lorsqu'il effectuait une mission, le ninja (seul, mais aussi à plusieurs, en équipe) devait donc se rendre discrètement sur les lieux, œuvrer à la vue (et des autres sens) de tous en se fondant dans la population, mais surtout pouvoir en revenir. L'affrontement devait être exceptionnel, minimal ; on comprend mieux pourquoi leur taijitsu (combat au corps à corps) était basé surtout sur l'esquive, et se devait d’être expéditif, explosif. S'il était pris, un shinobi passait par des séances de tortures terribles avant de mourir, lui et sa famille.

 

Le ninjutsu n’est pas réduit à une technique de combat ; c'est plutôt un concept de stratégies pour arriver à ses fins. L'utilisation des espions est décrite dans le chapitre XIII de l'art de la guerre de Sun Tse (traité militaire chinois). Le shinobi recevait une formation complète d’arts martiaux traditionnels : ken jutsu, combat au bâton, l'art de monter à cheval, etc… De plus, il devait savoir utiliser des armes peu conventionnelles, souvent des outils usuels détournés. Ces armes étaient si nombreuses que leur simple description demanderait à elle seule la rédaction d’un véritable livre ! Le shinobi devait aussi maîtriser l'art du camouflage (ce qui inclus les déguisements et les tactiques de dissimulation quel que soit l'endroit), l'utilisation des poisons et des antidotes (sciences probablement acquises auprès des yamabushi), l'utilisation du feu et des explosifs (pour déclencher des incendies afin de mobiliser beaucoup de monde, détourner l'attention afin d’investir ou de détruire une place forte). Par ailleurs, une science plus méconnue, appelée genjutsu était un point crucial pour le ninja : la magie et l'illusion. Il possédait ainsi une très bonne connaissance de la psychologie afin de manipuler et de semer le trouble dans l'esprit adverse, parfois avec l'appui d'une pharmacopée comme adjuvant, les premiers mentalistes en somme...

 

Le ninjutsu était très pragmatique. Il n'y avait pas de recherche spirituelle au départ, même si la Nature et ses Kami étaient respectés. Seul l'objectif comptait, d'où l'attribution d'une morale parfois plus que douteuse... Quoi qu'il en soit, tant que le japon n'était pas unifié (mais même par la suite) les daimyo et shogun avaient besoin des services de ces hommes hors norme pour déstabiliser une armée adverse. Ces mêmes chefs de guerre qui les utilisaient les trouvèrent finalement tellement efficaces et redoutables (mercenaires, ils pouvaient peut-être se retourner contre ceux qui les employaient) qu'ils envisagèrent de les faire disparaître, non sans mal toutefois. Un comble : faire disparaître ce que l'on ne peut pas voir ! Pour autant, et c'est un vaste sujet, ils finirent par être massacrés pour la plupart, les survivants allant jusqu'à vendre leur service pour le vol et autre banditisme. Certains crimes leurs ont même été attribués, alors qu'il s'agissait en fait de personnes non initiées et peu scrupuleuses, se prétendant ninja.

 

Le dernier ninja (Koga-ryu) connu est le très controversé Fujita Saiko. Il fût consultant pour l'armée nipponne à l'unité 731 (unité japonaise « d’expérimentation médicale » ayant réalisée d’atroces expériences sur des prisonniers de guerre pendant la seconde guerre mondiale), avec pour rôle la réalisation de recherches sur les techniques martiales ancestrales (points vitaux -kyusho- formation d'espions, comme à l'école Nakano). Henri Plée l'a publié en France dans son ouvrage : l'art sublime et ultime des points vitaux.

 

Un autre Maître de l'Iga-ryu, Maître Jinichi Kawakami a fondé un musée sur le ninjutsu dans la province même de Mie, berceau du ninjutsu, et contribue activement à la réhabilitation de ces guerriers de l'ombre. Il est consultant à ce titre à l'université de Mie.

 

Que reste t-il du ninjutsu authentique ? Qui le sait ? Il resterait bien vivant, aux dires de certains (dont Fujita Saiko) dans les budo actuels, qui en ont intégré certains principes, c'est évident. C'est aussi le seul moyen de maintenir une partie de cet héritage pourtant immense mais tombé en désuétude ; rappelons que c'est un Jutsu, une technique, une méthode ancienne et non un Do, une voie.

 

Il existe actuellement deux manuels Ninja : le Shoninki et le Bansenshukai, à l'origine un manuel d'instruction, volontairement amputé des clés de compréhension profonde (okuden) qui ne seront transmises qu'oralement par un maître authentique.

 

Le Ninjutsu, comme le Budo se passent finalement de grandes paroles. Ils se vivent sur le moment et au contact de l'autre : profitons de la chance qui nous est donnée de côtoyer ces trop rares personnes qui enseignent selon la Tradition : « Ishin denshi ».

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 15 septembre 2017

Je vous conseille vivement l’achat de l’excellente revue « 6 mois » (http://www.6mois.fr), revue bi-annuelle de photojournalisme, plus proche du beau livre que de la simple revue.

Le dernier "6 mois » qui vient de sortir, a comme titre de couverture « L’autre Japon ». On y trouve trois photoreportages de grande qualité :

- le premier est consacré aux épouses de Yakusa (« Dans la mafia japonaise, épouses, filles et maitresses sont vouées au silence. Chloée Jafé a su gagner leur confiance et infiltrer ce monde de l’ombre »),

- le second est consacré à la vieillesse au Japon, « le péril gris » (« le Japon vieillit et s’appauvrit. Le travail des séniors explose, la solitude aussi. Les robots répondront-ils à cette crise de société ? »)

- et enfin le dernier sujet est consacré à « Après Fukushima » (« C’est une région sacrifiée qu’a parcourue Jérémy Souteyrat. Pour les rescapés du tsunami et de la catastrophe nucléaire de 2011, le drame n’en finit pas »). On y trouve d’autres excellents reportages sur d’autres sujets nationaux et internationaux.

Cette revue, que je dévore depuis son premier numéro, est vendue en librairie (La boite à livre, rue nationale à Tours, à la FNAC ou encore à Cultura).

Amicalement.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Aïki Gasshuku 2017

29 avril - 1er mai à Dinard

.

Compte rendu rédigé par Mathias

Photos saisies par Mathias

.

Aiki Gasshuku 2017 01.jpg

.

Le gasshuku 2017 s’est tenu, comme pour la précédente édition, à Dinard. 15 pratiquants et Didier se sont donc retrouvés avec plaisir pour ces 3 jours de travail et de vie commune. 

Les conditions offertes par le Campus d’Excellence Sportive de Bretagne restent remarquables, tant sur le plan de l’hébergement (avec des chambres refaites à neuf et disposant toutes d’une salle de bain) que de la restauration. Chacun disposait d’une chambre individuelle (en dehors de Florence et Arnaud), avec vue sur mer ou sur St Malo pour certains.

Coté repas, la qualité était au rendez-vous avec des plats simples, équilibrés  et consistants.

Concernant les structures sportives, le dojo est vaste, rendant la pratique de l’aïkido, des armes, très confortable. Les tatami sont pour la plupart âgés, avec certains tapis très mous, contigus avec d’autres très durs. Les chutes devaient donc être parfaitement maitrisées.

Le prix facturé par le Campus d’Excellence Sportive de Bretagne   reste très bas au regard de la prestation fournie.

Déroulé du WE :

29 avril :

Arrivée étalée sur l’après-midi de 11 des 15 pratiquants, et de Didier ; dîner commun au centre puis ballade en bord de mer.

30 avril

1er cours 6h00-7h30 : Jikkyo jutsu, gymnastique japonaise créée au début du XXème siècle, pratiquée régulièrement par Tamura sensei qui l’enseignait ponctuellement.

En fin de séance, les bases de la méditation Zazen ont été enseignées par Hubert.

2ème cours de 09h15 à 11h30 : pratique du boken avec revue des différents suburi de base, afin de travailler les fondamentaux.

Arrivée en fin de matinée de Florence, Hélène, Matthieu et Arnaud.

Reprise des cours dans l’après midi, de 15h00 à 18h15, sur la plage grâce à une météo encore clémente. Travail du boken, avec notamment kimusubi no tachi puis travail de différents kumijo. Petite séance photo ensuite avec certains, sur fond de mer turquoise et de promeneurs intrigués.

Pour terminer, petite soirée décontractée à St Malo, où la plupart ont pu déguster un Kouign Amann tout en légèreté.

31 avril :

1er cours 6h00-7h30 : la matinée commence avec les 8 pièces de brocard (Ba Duan Jin), travail respiratoire / énergétique.

En fin de séance, retour sur les bases de la méditation Zazen et Kinhin par Hubert, puis courte application.

2ème cours de 09h15 à 11h30 : pratique du boken avec travail des différents suburi et application orientée sur la préparation du passage de dan.

Travail libre du iaido de 14h à 15h puis reprise des cours communs de 15h00 à 18h15, avec travail des différents suburi au jo et au boken puis travail du 6ème, 7ème, 8ème et 9ème kumijo.

Soirée tranquille ensuite à Dinard.

1er mai :

1er cours 6h00-7h30 : Jikkyo jutsu, puis méditation Zazen plus poussée.

2ème cours de 09h15 à 11h30 : pratique du boken et du jo, axée sur ce qui est attendu au passage de dan (Jo nage waza, jo dori, kumijo, kumitachi, tachidori).

Le dernier déjeuner est pris comme tous les autres en commun, concluant la fin de ce gasshuku.

Au total, ce second gasshuku a parfaitement répondu aux attentes de chacun, le gasshuku étant traditionnellement un stage où un groupe se retrouve autour d’une pratique intensive, dormant, mangeant, vivant ensemble 24h/24. Ce type de stage contribue à resserrer les liens du groupe, liens déjà forts entre tous les pratiquants de l’aïki-dojo de Monts, mais aussi au delà du club comme l’a montrée la participation de Marie-Pierre.

Ainsi que l’un des pratiquants l’a si justement dit, ce second gasshuku fut l’occasion de vivre "des moments d'échanges riches, conviviaux et intenses » autour d’une pratique très intensive de l’aïkido.

Le troisième gasshuku est d’ors et déjà attendu avec impatience.

.

 Aiki Gasshuku 2017 02.jpg 

Aiki Gasshuku 2017 04.jpg 

Aiki Gasshuku 2017 06.jpg  Aiki Gasshuku 2017 09.jpg

Aiki Gasshuku 2017 07.jpg      Aiki Gasshuku 2017 12.jpg      Aiki Gasshuku 2017 08.jpg 

Aiki Gasshuku 2017 10.jpg  Aiki Gasshuku 2017 23.jpg 

Aiki Gasshuku 2017 13.jpg  Aiki Gasshuku 2017 14.jpg 

Aiki Gasshuku 2017 15.jpg  Aiki Gasshuku 2017 18.jpg   

Aiki Gasshuku 2017 28.jpg  Aiki Gasshuku 2017 25.jpg 

Aiki Gasshuku 2017 31.jpg 

Aiki Gasshuku 2017 32.jpg   Aiki Gasshuku 2017 34.jpg     Aiki Gasshuku 2017 36.jpg    Aiki Gasshuku 2017 42.jpg

Aiki Gasshuku 2017 43.jpg 

Aiki Gasshuku 2017 45.jpg

.

.

.

Réactions de quelques participants

.

Hélène :

La magie de la pratique sur la plage avec en background les questions des enfants sur les "chevaliers ", Arnaud prêt à bondir sur le potentiel voleur de sac et Mathias qui trouve LA fille pour prendre une photo de groupe.

 La sortie à Saint Malo, la découverte de Baptiste de cette ville de corsaires, les kouign Amann des gourmands et la tête de Nicolas qui va manger celui de sa fille le lendemain matin (ben quoi on m'a dit que ça ne se garderait pas!!), la serveuse tip-top du bar devant le coucher de soleil magnifique.

Enfin, et non des moindres, le sentiment de réconfort et de bienveillance quand je m'écroule... votre soutien et vos forces réunies qui me permettent de continuer et de surmonter ...

.

Marie-Pierre :

J'observe tous les jours la cicatrice de la belle ampoule qui me reste au creux de la main, et bien loin de me rappeler la souffrance (des suburi), c'est au plaisir que je pense.

.

Hubert :

Difficile de faire le tri parmi toutes ces belles images mais mon souvenir le plus marquant est de descendre ma respiration dans mon centre pour faire monter le boken ou prendre le centre d'aïte. 

.

Elodie :

Merci pour ce magnifique Gasshuku !

Souvenir : Je me lance, pleine de concentration, sur une coupe shomen, avec kiaï, s'il vous plait.

Et là, gros blanc, plus un bruit... Je vois Mathias se retourner vers moi avec une mine un peu affolée, et je sens Didier dans mon dos se retourner aussi...

J'ai un kiaï de souris à la voix aigue !

Au moins, ça anime au milieu de tant de concentration!

.

Baptiste :

Une veille leçon apprise dans la vie est redécouverte lors du stage : la bonne humeur et l'envie d'apprendre feront toujours oublier les levés précoces et les contractures !!! Encore merci à tous.

.

Arnaud :

As-tu remarqué une différence dans les pompes japonaises et les pompes françaises? Moi non et Hubert non plus, mais il nous a expliqué par un petit test qu'il n'y avait de différent que  le libellé : pompes = pompes mais  français différent  japonais donc pompes françaises différentes pompes japonaises. Il fallait y penser!!!

.

Pierre-Marie :

Difficile de choisir "le" moment tant le week-end a été riche et que le coucher de soleil un verre à la main est aussi facteur de cohésion du groupe que les exercices au dojo et sur la plage...

Pour ma part, je classe en premier de mes meilleurs moments "la gymnastique japonaise qui n'a rien à voir avec la gymnastique suédoise" (petit coup de canif ou tanto au passage) et surtout les 1000 suburis.

Peut-être que l'année prochaine on apprendra à compter jusqu'à 5   (en rapport avec les 4 premiers japonais scandés en rythme de nos séries de suburi).

.

Mathias :

3 images, parmi tant d’autres :

Le silence fraternel, léger et grave à la fois, de notre « vestiaire de bord de tatami », à 6h00 du matin, en s’habillant pour notre premier cours.

Les discussions entre nous, le soir, les mains dans les poches, dans la pénombre des rues de Dinard.

Le vent de la plage dans nos hakama.

.

Mathieu :

Moments d'Echanges Riches, Conviviaux et Intenses

Merci à vous membres du bureau, pour l'organisation sans faille de ce Gasshuku.

Merci à toi Hubert pour ton initiation toute en écoute à la méditation.

Merci à toi Mathias pour la couverture photo, notre Doisneau des instants Aïkido.

Merci à vous tous pour tous ces bons moments partagés sur et en dehors du tatami.

Merci à toi Didier de nous transmettre avec passion un Aïkido sans concession.

.

Aiki Gasshuku 2017 46.jpg

.

.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 10 avril 2017

L'Association Amitiés Saint Cyr Japon propose deux stages de tambour japonais pendant les vacances de Pâques. Ceux qui sont intéressés peuvent contacter Emiko au 06 50 22 20 12.

Vous pouvez consulter également le site de l'Association pour avoir plus de renseignements : 

http://www.amitiestcyrjapon.com/

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Arnaud le 12 mars 2017

Voici un texte un peu complexe par son langage qui aborde la notion des arts martiaux et ce qui est sous tendue par ceux-ci.
L'auteur en décortique les fondements et met en évidence les principes essentiels.

La notion d'intercorporéité dans les arts martiaux orientaux

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Florent le 11 novembre 2016

Pour ceux qui ont des difficultés pour nouer leur ceinture, voici la méthode pour obtenir un nœud plat correct.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

David le 6 octobre 2016

Je viens de voir quelque chose qui m'a fait chaud au cœur : dans le documentaire "dans l'ombre de Teddy Riner" à un moment il descend dans les sous sols de l'Elysée, dans le dojo d'entraînement de la garde rapprochée présidentielle .

Devinez ce qui est sur leur kamiza ... le portrait de O Sensei UESHIBA.

Comme quoi la reconnaissance de l'Aïkido est importante en France dans sa valeur martiale, ça fait plaisir.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jérome le 27 juin 2016

Pour les amateurs de BD, je signale la parution d’une biographie de O SENSEI :

http://www.bdnet.com/catalogue_detail_O-Sensei--9782355742606

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pierre-Marie le 20 juin 2016

Après avoir longuement cherché comment faire partager mes impressions ressenties au Japon, j’ai choisi de publier quelques compositions accompagnées de photos « déclenchantes ».

Pour illustrer mes photos (visibles sur le « coin photos »), voici une autre approche de mes deux semaines au Japon : une approche plus poétique...

J’ai en effet profité du fait que je voyageais seul (sans ma femme ni mes enfants) pour écrire un haïku selon mes impressions du moment : en voici quelques-uns.

.

.

.

.

"Cerisiers en fleurs                             

Loin de mon pays natal        

Voyage au Japon"

1cerisiers (1).JPG 1cerisiers (4).JPG

1cerisiers (2).JPG     1cerisiers (3).JPG

1cerisiers (5).JPG

.

  .

.

"Offrandes et encens

Prières et recueillement

Au pied de Bouddha"

2offrandes et encens (1).JPG    2offrandes et encens (3).JPG

 2offrandes et encens (4).JPG    2offrandes et encens (5).JPG

2offrandes et encens (2).JPG

.

.

.

"Un grand torii rouge

Porte d’un temple shinto

Ferveur des fidèles"

3torii (1).JPG  3torii (2).JPG

3torii (3).JPG  3torii (4).JPG

3torii (5).JPG

.

.

.

"Il fallait y croire

Vouloir le voir dans la brume

Mont Fuji caché"

4fuji (1).JPG       4fuji (4).JPG

4fuji (3).JPG  4fuji (2).JPG

 4fuji (5).JPG

.

.

.

"Voir un héron blanc

Pêcher dans l’eau d’un jardin

Château d’Himeji"

5himeji (1).JPG     5himeji (4).JPG

5himeji (3).JPG    5himeji (2).JPG

5himeji (5).JPG 

.

.

.

"Arbres ciselés

Carpes koï multicolores

Jardins japonais"

6jardins (1).JPG      6jardins (2).JPG

  6jardins (4).JPG  6jardins (5).JPG

6jardins (3).JPG

.

.

.

"Petites bouchées

Pour les yeux et le palais

Bento à midi"

  7bento (2).JPG    7bento (3).JPG 

7bento (4).JPG 

7bento (1).JPG  7bento (5).JPG 

.

.

"Comme des époux

Les deux rochers sont liés

Pour l’Éternité"

8rochers (1).JPG 8rochers (2).JPG

8rochers (3).JPG 8rochers (4).JPG

8rochers (5).JPG

.

.

.

"Poissons en tout genre

Légumes inconnus en France

Repas japonais"

9poissons (4).JPG 9poissons (1).JPG

  9poissons (2).JPG    9poissons (3).JPG

  9poissons (5).JPG

.

.

"6 août 45

Une pluie de feu s’abat

Sur Hiroshima"

10hiroshima (1).JPG  10hiroshima (2).JPG

  10hiroshima (4).JPG  10hiroshima (5).JPG 

10hiroshima (3).JPG

.

.

.

"Serpents ondulant

Entre les tours du pays

Autoroutes urbaines"

11autoroutes (1).JPG  11autoroutes (2).JPG

11autoroutes (3).JPG  11autoroutes (4).JPG

11autoroutes (5).JPG

.

.

" Les chemins de fer

Bourdonnement incessant

Ponctualité"

12chemin de fer (1).JPG  12chemin de fer (2).JPG

12chemin de fer (3).JPG  12chemin de fer (4).JPG

12chemin de fer (5).JPG

.

.

"Au-delà des terres

Comme un oiseau migrateur

Retour au pays"

13avion (1).JPG 

13avion (3).JPG     13avion (4).JPG

13avion (5).JPG  13avion (2).JPG

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 3 juin 2016

J'ai découvert l'association Jipango par le biais de la Maison de la Culture du Japon. Elle organise tout un tas d'activités, de conférences, d'ateliers relatifs au Japon et relaie également beaucoup d'informations .

Il est possible de s'inscrire à leur lettre d'information pour être, notamment, informé du programme culturel.

http://www.jipango.com/

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Florent le 7 décembre 2015

En faisant quelques recherches, je suis tombé sur cette vidéo qui je pense, est assez révélatrice de l’esprit et de l’ambiance de l’époque :      

https://www.youtube.com/watch?v=OhNDRZNfbk8



-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
Mathias le 9 juin 2015
Les vacances d'été arrivent, et avec elles, pour certains d'entre nous, du temps à consacrer à la lecture. Chacun peut trouver en librairie pléthore de romans, essais, prix littéraires qui accompagneront agréablement vos vacances.... Les lectures qui concernent l'univers de l'aïkido et plus largement la culture japonaise ne manquent pas.

Je vous propose ici de donner vos conseils de lecture en nous parlant de 2 ou 3 ouvrages qui s'inscrivent dans cette thématique et qui vous semblent essentiels, passionnants, amusants, bref, que vous nous conseilleriez de glisser dans notre sac à dos.
 

J'ouvre donc cette petite "critique littéraire", avec l'embarras du choix.
j'ai sélectionné 3 livres, connus, très probablement déjà lus par certains :
 

- "La pierre et le sabre", suivi de "La parfaite lumière", de Eiji Yoshikawa.
Ces deux tomes relatent la vie du grand Miyamoto Musashi, de son adolescence agitée, à sa maturité d'escrimeur de légende, parcourant tel un ronin les routes du japon féodal.  L'essence du roman est concentrée dans cette phrase, lumineuse, qui conclut la préface de Reischauer : « L'accent qu'il met sur la recherche de la maîtrise de soi et de la force intérieure personnelle grâce à une austère autodiscipline de type Zen constitue un trait majeur du caractère japonais. Il en va de même pour la suprématie de l'amour de la nature, et du sentiment d'intimité avec elle. La Pierre et le Sabre est plus qu'un grand roman d'aventures. »

Un roman accrocheur, passionnant, avec à la fois un vrai récit d'aventure, et un second degré plus profond, plus philosophique....
 

- "Zen et arts martiaux" de Taisen Deshimaru.
Petit livre d'entretiens avec T. Deshimaru, célèbre moine zen japonais venu s'installer en France dans les années 60 et ayant véritablement contribué à l'essor du bouddhisme zen en France et en Europe. Il a également fondé le plus grand centre zen d'Europe , le temple de la Gendronnière (association Zen International), situé près de Blois. Ce livre, facile à lire, met en parallèle la pratique des arts martiaux et la pratique du zen. T. Deshimaru était un moine zen, mais connaissait à l'évidence très bien les arts martiaux. Il était d'ailleurs proche de maitre Tamura.
 

- "Le livre du ki" de Koichi Tohei.
Maître d'aïkido, 10ème dan , ushi-deshi de O' Sensei. Un livre qui parle de "l'unification du corps et de l'esprit", à travers l'aïkido mais surtout au quotidien. Ce livre parlera particulièrement à ceux d'entre nous qui étaient présents à Dinard, mais pas seulement.
 

Bonne lecture !

Cette liste sera complétée au fil de l'eau dès réception des informations.
Pour ce faire chacun peut partager en présentant succinctement des ouvrages en adressant un email :
  contact@aikikai-tours.com




-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Aïki Gasshuku 8-9-10 mai 2015
 

Bilan des participants rapporté par Jean-Pierre
Photos de David et Mathias
 
Choix du lieu/région :
- Vraiment très bon.
- Très agréable de pratiquer sur la plage.
 
Logistique - Campus de l’excellence sportive de Bretagne :
- Organisation très bonne car clé en main et stagiaires prévenus longtemps à l’avance. 
- Souple et réactive.
- Hébergement correct, très bon rapport qualité/prix.
- Pas indispensable de faire plus luxueux.
- Infrastructures sportives très bien adaptées, bien situées, proches et d’accès facile.
- Repas tout-à-fait corrects en termes d’horaire, qualité et quantité.
 
Organisation des journées :
- Horaire des cours prévu (6:00-7:45, 9:00-11:45 et 15:30-18:30), très bon.
- Quartiers libres suffisants et souples.
 
 Contenu des cours :
- Passionnant
- Pratique des armes très enrichissante.
- Principes essentiels abordés et mis en pratique.
- Transmission d’un ressenti et de pistes de travail individuel à explorer.
- Présentation de principes énergétiques fondamentaux qui a permis de mettre des éléments de notre pratique en perspective afin de mieux les comprendre et les pratiquer au quotidien.
 
Conclusion :
- Important d’organiser régulièrement de tels stages car ils permettent d’aborder des éléments précieux, des fondements de notre pratique adaptés à chacun  selon leurs niveaux et leurs besoins.
- Idéal pour la transmission de principes essentiels pour lesquels le cadre des cours habituels (horaires, niveaux trop hétérogènes des pratiquants) n’est pas adapté.
- Vu la qualité du lieu et des prestations offertes il n’est peut-être pas indispensable de changer de lieu de stage.
- Il y aura un avant et un après Dinard.
- Création et renforcement d’un esprit de groupe important pour la pratique individuelle et collective ainsi que pour la cohésion du club.

##########




 
6H00 :  Yoake Geiko (pratique du petit matin)
 
Aiki Gasshuku 2015 19.jpeg   Aiki Gasshuku 2015 20.jpeg
    Aiki Gasshuku 2015 21.jpeg  Aiki Gasshuku 2015 22.jpeg.
Aiki Gasshuku 2015 23.jpeg Aiki Gasshuku 2015 24.jpeg






9H00 :  Asa Geiko  (pratique du matin)
 
Aiki Gasshuku 2015 25.jpeg Aiki Gasshuku 2015 26.jpeg
Aiki Gasshuku 2015 06.jpeg  Aiki Gasshuku 2015 08.jpeg 
Aiki Gasshuku 2015 07.jpeg Aiki Gasshuku 2015 09.jpeg

Aiki Gasshuku 2015 27.jpeg Aiki Gasshuku 2015 28.jpg 
Aiki Gasshuku 2015 29.jpeg






15H00 :  Gogo Geiko (pratique de l'après midi)

 
Aiki Gasshuku 2015 30.jpeg Aiki Gasshuku 2015 14.jpg
Aiki Gasshuku 2015 15.jpg Aiki Gasshuku 2015 31.jpg
Aiki Gasshuku 2015 32.jpg Aiki Gasshuku 2015 33.jpg

Aiki Gasshuku 2015 34.jpg Aiki Gasshuku 2015 16.jpg 
Aiki Gasshuku 2015 35.jpeg Aiki Gasshuku 2015 36.jpeg 
Aiki Gasshuku 2015 37.jpeg Aiki Gasshuku 2015 38.jpeg
Aiki Gasshuku 2015 39.jpeg Aiki Gasshuku 2015 40.jpeg
 Aiki Gasshuku 2015 41.jpeg Aiki Gasshuku 2015 42.jpeg 
Aiki Gasshuku 2015 43.jpeg Aiki Gasshuku 2015 44.jpeg
Aiki Gasshuku 2015 46.jpeg Aiki Gasshuku 2015 47.jpeg
 
 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
 
Mathias le 17 février 2015

Les 20, 21 et 22 février, se tiendra le Japan Tours Festival, au Vinci, à Tours.
Au programme, du manga, du geek, mais aussi du traditionnel avec la venue d'un maitre de cérémonie du thé.....
Ci-joint le lien vers la page "traditionnel" de l'expo.
www.japantoursfestival.com/les-univers.html

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Patrick (texte), Mathias et Serge (photos) le 28 janvier 2015
 
Kagami Biraki, entre tradition et convivialité.

      

A la fin de l'entrainement du mercredi 14 janvier, après la remise de huit diplômes de grades dans, et celle d'un cadeau de remerciement bien mérité, et ce avec la présence réjouissante de Laurent, nous avons célébré Kagami Biraki.

Installés sur les tatami, certains avec un luxe de confort remarqué, nous avons commencé par déguster les mochi, préparés chez Takayoshi en décembre (voir ci-dessous "le mochi se mérite!" 30 décembre 2014), mis au kamiza au début de l'entrainement, brisés par Didier et cuits sur place par notre maître cuisinier nippon.

Avec la générosité de chacun, cette dégustation fut suivie de plusieurs plats tant japonais qu'occidentaux, dont certains nous laissent encore de délicieux souvenirs en bouche, et un espoir que cela se renouvelle ...

Quand la tradition se perpétue et diffuse d'éternelles valeurs positives, les temps sont biens meilleurs.

 
Kagami Biraki 2015 04.jpgKagami Biraki 2015 05.jpg
Kagami Biraki 2015 6.jpg  Kagami Biraki 2015 2.jpg
Kagami Biraki 2015 7.jpg  Kagami Biraki 2015 8.jpg
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Franklin le 16 janvier 2015
 
Voici un lien que je souhaite partager. C'est la vidéo de Kagami Biraki au Hombu Dojo :   www.youtube.com/watch


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Patrick le 30 décembre 2014

Le mochi se mérite !
 

Dimanche 28 décembre, par un temps radieux, et dans une ambiance chaleureuse, à peine dérangée par un froid piquant, quelques uns d'entre nous, certains accompagnés de leur famille, se sont retrouvés au fin fond de la campagne pour une activité découverte : la fabrication du kagami mochi.

 Tout commence par la découverte des lieux, enfin pour ceux qui ont pu repérer leur chemin (tout se mérite). Si le froid pinçait fort, la chaleur de l'accueil de toute la famille d'Akiko, de Takayoshi et de leurs deux fils l'a vite fait oublier. Nous fumes rejoints par d'autres familles, enfants compris en grande tenue traditionnelle de cuisinières.

 L'atelier se répartit en deux temps. Selon la tradition japonaise certains allaient se destiner à la réalisation manuelle des mochis, pour quelques autres guidés par Takayoshi en pleine forme, ce fut plus physique.

 Cela se passe dehors. On prépare d'abord le matériel avec soin : un usu (en principe en bois, ici une jatte en pierre dure que l'on lave avec soin), posée sur un support en bois, à côté un tabouret sur lequel sont placés des récipients destinés à recevoir de l'eau chaude fréquemment renouvelée. Le mochigome (riz gluant préalablement cuit dans un récipient en bambou par Akiko et takayoshi) est déposé dans l'usu. Pour le premier façonnage une démonstration fut effectuée par Akiko munie d'une cuillère de bois et proche d'un récipient d'eau chaude, et son mari tenant un kine ( gros maillet en bois spécifique). Nous comprimes vite que la tache allait être rude, pour celui qui frappe, comme pour celui qui retourne régulièrement la pâte avec la cuillère tout en surveillant la transformation du riz, l'état de l'extrémité du maillet qui ne doit jamais être couvert d'amidon, et bien entendu sa tête au cas où le frappeur serait maladroit !

 Il s'agit ici de transformation culinaire, mais aussi alchimique et symbolique. Le riz doit être d'abord malaxé par des mouvements rotatifs doux du kine jusqu'à obtenir une large galette homogène. Ensuite le travail consiste à frapper la pâte de façon régulière, énergique mais pas trop violente, pour obtenir une pâte crémeuse et onctueuse. Comme tous s'en doutent cette étape est appelé tsuki. Celui qui a l'eau et la cuillère doit retourner la pâte entre les coups, indiquer où frapper, surveiller la transformation de la pâte, humecter celle-ci, veiller à ce que le maillet ne soit pas encombré de grains de riz et d'amidon ... La cadence et le rythme sont importants : si la pâte refroidit, elle est perdue. Ai-je besoin de préciser : on ne frappe ni l'usu, ni son partenaire !

Ceux d'entre nous qui s'y sont essayés ont pu constater leur état de forme, la difficulté à tenir le rythme, celle à concilier à la fois la précision et le dosage de l'énergie, et la veille sur la sécurité. Cela se complique lorsque l'on frappe à deux à tour de rôle. D'autant que lorsque la première tournée est finie et une fois lavé l'usu, on recommence, et ce jusqu'à ce que tout le riz précuit ait été malaxé. Les encouragements de Takayoshi (on sentait quand même une pointe de déception face à notre faible capacité) furent permanents et énergiques.

 Vient ensuite la réalisation des mochi eux mêmes : il faut attraper le tour de main pour faire naître cette petite boule, formée entre le pouce et l'index à partir du pâton, lui même formé à partir du gros bloc qui vient d'être pétri par la frappe. Il est évidemment possible de réaliser des mochi de plus grande taille en utilisant un gabarit en papier qui définit la circonférence voulue. Nous aurons l'occasion de vérifier cela au Dojo d'ici peu.

 La dernière phase est la récompense de tous les efforts : au chaud, avec un excellent thé, la dégustation après cuisson sur un poêle à bois. Deux versions furent expérimentées : le mochi trempé dans de la sauce soja, enroulé dans une petite feuille d'algue, ou celle où il est roulé dans de la poudre de soja grillée et sucrée.

 Dans notre monde occidental de forte individualisation, c'est une activité de partage, familiale et amicale qui a bien des mérites ; sans compter ce qu'elle recouvre de plus profond.     






Mochitsuki 01.jpg  

 

       

 

   

           

      

             

      


Le site de HIRAI Akiko et Takayoshi :  sangamiso.blog.fc2.com/blog-entry-4.html

 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Fulbert le 23 octobre 2014
 
Le buste de O'sensei est terminé ( ci-joint une photo dans mon atelier ). 

Il sera en exposition au salon "L'Art au quotidien" les 8-9-10-11 novembre 2014 au Centre des congrès Vinci.
 
Sculpture O sensei finie.jpg                                  
 
(Remontez le fil jusqu'au 4 janvier 2013 pour voir la progression)

 
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Mathias le 22 octobre 2014
 
 
Voici un lien que m'a envoyé Thierry : 
 
Il s'agit d'une interview radiophonique d'André Nocquet, que j'ai trouvée  passionnante et émouvante....

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Patrick le 13 octobre 2014

Le courrier envoyé par notre fédération concernant les grades Aïkikaï amène réflexion. De plus Didier propose en libre circulation des magazines dont la lecture, ou même la simple observation, conduit aussi à se poser quelques questions qui rejoignent la réflexion évoquée ci-dessus. Dès que possible ces magazines seront disponibles en un lot remisé dans une chemise cartonnée, accompagnée de la note ci-dessous et d'une feuille de prêt. Il va de soit que tout apport à ces remémorations et interrogations est le bienvenu.

Magazines en libre lecture

Aïki-News nos 60, 66-67 (version française), 73, 74, 77, 78 et 79.

Observations - remarques - consignes


Ces ouvrages ont tout le précieux intérêt des témoignages anciens sur l'Aïkido, son fondateur et le premier rang des transmetteurs (il en reste peu en vie de nos jours). Ils datent du milieu des années 1980, soit très peu de temps après la création de notre fédération. Sur ces points d'histoire (la pratique auprès d'O'Senseï vers 1953-1964 et sur les origines de la FFAB), je vous recommande particulièrement le témoignage de Tamura Senseï dans les nos 66 et 67  !

Il nous rappelle nos racines, d'où vient notre art, comment il s'est mis en place, qui étaient ceux qui nous l'ont transmis, ceux à qui nous devons. Mais aussi ce qui nous lie via les maîtres qui nous forment et ceux qui leur ont enseigné ; et au-delà du temps et de l'espace ce qui nous attache à la Maison mère : l'Aïkikaï. Bref une bonne part de nos identités. A méditer pour ceux qui sont sensibles à ces aspects, pour les autres un coup d'œil ? Il ne sera pas interdit d'en discuter de temps en temps.

Permettez-moi juste de remémorer quelques bases propres à la réflexion. L'Aïkido est un des arts martiaux qui fonctionne encore sur le système traditionnel appelé iemoto 家元, qu'on peut traduire par « l'origine ou la fondation de la maison, de la famille ». Il partage ce point avec les grands arts que sont le chado (art du thé), l'ikebana (art floral), le No (art théâtral, opéra traditionnel), ou même le Go (jeu stratégique), et dans plusieurs écoles de musique traditionnelle. La transmission se fait selon un système familial de père en fils, ou parfois par adoption (cela s'élargit aux filles de nos jours). Du coup le terme iemoto concerne aussi le transmetteur : celui qui est dépositaire et gardien du sens de la voie : le doshu. Seul le iemoto, à l'origine, pouvait accorder des attestations de compétence à transmettre son art : le menkyo (O'Senseï en a reçu quelques uns). Dans ce dernier terme on retrouve le terme men : tête, esprit. Bien souvent il y avait plusieurs aspects nommés omote ou ura, plus ou moins visibles, plus ou moins secrets ...

Contrairement à ce qu'a pu en dire la critique occidentale, il ne s'agit en rien d'un système figé, dictatorial et paternaliste, coûteux. Il existe d'ailleurs de nombreuses écoles rattachées à la Maison mère. Même un enfant éloigné de sa famille reste lié à elle. Tamura Senseï est resté fidèle à l'Aïkikaï jusqu'au bout.                                                                               

Leur âge rend ces ouvrages aussi fragiles. Il va de soi que la liasse doit rester unie, ne pas retirer ni les séparer.  Vous pouvez vous les passer les uns aux autres. S'il n'y a pas d'amateur, le mieux est qu'ils me soient remis. 


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Pierre-Marie le 3 octobre 2014
 
Du 1er octobre au 18 janvier prochain il y a une exposition au Grand Palais à Paris qui pourrait intéresser plusieurs d'entre nous.

 
Samourai grand palais.jpg
 

Voici le lien associé :

samourai.grandpalais.fr/

Bonne visite à tous.

 

 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 
Mathias le 7 juillet 2014 

Du 30 mai au 1er Juin avait lieu à Fréjus une exposition internationale de suiseki, intitulée « Suiseki et haïku ». Chaque suiseki devait être accompagné d’un haiku, si possible composé par le propriétaire de la pierre et bien entendu en lien avec elle.

Marc et moi y étions, entourés de passionnés et d’experts d’Italie, d’Angleterre, d’Espagne et bien entendu de France.

Une belle exposition, 75 pierres et haïku, un très bon niveau….

Voici quelques pierres, dont certaines ont été primées.

Une très belle pierre montagne (Yamagata ishi), provenant du Japon.


 

Suiseki expo 2.jpeg





 

Une très belle pierre, provenant de Californie, pour laquelle Marc a eu un coup de foudre.
Seul problème, et de taille à nos yeux : il s’agit d’une pierre coupée à sa base, ce qui ne devrait pas être le cas si l’on respecte l’esprit traditionnel.


 

Suiseki expo 1.jpeg


 

Une très belle pierre montagne, typiquement japonaise de part sa texture volcanique. Elle est présentée en suiban et pas dans un daiza de bois sculpté. La présentation en suiban a toujours été la règle au Japon jusqu’au siècle dernier. Les pierres étaient posées sur un lit de sable mais aussi parfois dans de l’eau, voir seule sur un plateau….
Concernant cette pierre, le sable et le suiban étaient trop clairs, contrastant trop avec le noir de la pierre.

 

Suiseki expo 3.jpeg


 

Une belle présentation, avec de bas en haut, une pierre abri, yadori ishi, d’une rare qualité, puis au dessus (et plus éloigné dans ce qu’elle représente), une magnifique pierre cascade, taki ishi, et enfin, en haut, une pierre montagne, yamagata ishi (la plus lointaine).
 

Suiseki expo 4.jpeg


Suiseki expo 5.jpeg  

Suiseki expo 6.jpeg
 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Franklin le 15 mai 2014

Un petit lien à partager, ça ne dure que 6 min. Peu de mots mais plein de sens.

www.sans-forme-ni-chemin.com/spip.php
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Florent le 22 décembre 2013

Petite vidéo intéressante de O Sensei et dans laquelle je crois reconnaître Tamura Sensei, Uke de l'époque.


www.youtube.com/watch
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 Pierre-Marie le 16 novembre 2013
 

Un collègue m’a faire parvenir le lien ci-dessous qui pourrait intéresser plusieurs d’entre nous.

Ni lui, ni moi n’y sommes encore allés : donc pas d’avis personnel (juste pour partager l’info)…

www.mcjp.fr/francais/expositions/kanazawa-aux-sources-d-une-culture-765/kanazawa-aux-sources-d-une-culture

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

David le 29 mars 2013
 
Sur cette vidéo de 12' vous pourrez voir la confection d'une lame traditionnelle réalisée en France, il y a 20 ans, par des experts japonais en présence de TAMURA Sensei :
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pascal le 18 mars 2013

Voici un magnifique reportage de 43' diffusé par Arte concernant la fabrication du katana :


docs.google.com/file/d/0B_QfCmvbZQSRX0ZNdHFTWnA5YzQ/edit




-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Fulbert le 4 janvier 2013
 
Bonne année à tous.
 


 
Des nouvelles du buste

O Sensei pierre 2.jpg
(Remontez le fil jusqu'au 15 septembre 2012 pour voir la progression)


Site :   fulbert-dubois.fr

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 
Patrick le 13 décembre 2012

Pour ceux que cela intéresserait, en plus de la présentation au musée Guimet à Paris d’œuvres du peintre Hokusaï dont j'ai précédemment parlé, vous pouvez profiter d'une exposition à la Pinacothèque sur un autre artiste japonais de la première moité du XIXe siècle : Hiroshige Utagawa. Celle-ci est visible jusqu'au 17 mars.

Quelques mots (déformation professionnelle, avec mes excuses... mais ça peut être utile) :
Dans l'histoire du Japon la période Edo tient une place importante. Elle débute vers 1600 avec la prise de pouvoir par la famille Tokugawa qui prend le titre de Shogun (grand chef suprême des armées) et s'intalle dans la capitale de l'est : Edo (future Tokyo).
Symboliquement l'empereur réside lui a Kyoto (la capitale de l'ouest) qui est aussi une sorte de capitale religieuse.
Entre ces deux villes existent cinq routes, dont deux sont très fréquentées : celle du sud, la plus connue, le Tokaïdo, et celle du nord le Kisokaïdo.

Hiroshige est issu d'une famille de samouraï. Après une longue période d'apprentissage chez un grand maître dont il prend symboliquement une partie du nom, il accompagne le shogun en 1932 sur la route du tokaïdo dont il peint les différentes stations. Il fera de même avec la voie du Kisokaïdo.
Son oeuvre est emplie d'une approche poétique, et pleine d'humour parfois, de la nature, dont il exprime la symbiose avec l'homme selon la tradition shintoïste. Il y diffuse le perpétuel équilibre entre la permanence et l'éphémère.

L'ère Edo se termine en 1868 avec la montée sur le trône de l'empereur Mutsu Hito et l'entrée dans l'ère Meiji qui entrainera la Japon, supprimant le shogunat et la tradition samouraï, dans une modernisation occidentalisée.
C'est a cette époque que les occidentaux découvrent cet empire et ses traditions, où ils ne pouvaient mettre les pieds auparavant. Des marchands d'art sont enthousiasmés par les artistes japonais et achètent leurs œuvres en quantité. Parmi eux un célèbre marchand d'art hollandais qui compte parmi ses clients et amis un certain Vincent Van Gogh. Le japonisme, comme on l'appelle alors, passionne nombres d'artistes occidentaux de la fin du XIXe siècle.

Curieusement en France, c'est Hokusaï qui apparait comme le grand maître, alors qu'au Japon et dans les œuvres inspirées par la japonisme, Hiroshige est bien plus admiré.

Il est très rare de voir des œuvres de ce grand maître en France. A qui veut approfondir la sensibilité et la culture emplie de spiritualité du Japon traditionnel, cette exposition est une mine d'or.

Et pour ceux qui veulent comprendre les liens entre les cultures et les sensibilités : profitez-en pour allez voir au même endroit l'exposition sur l'influence qu'eut Hiroshige sur Van Gogh.


Vous trouverez des informations pratiques et deux diaporamas commentés sur les deux expositions en tapant : pinacothèque.com, rubrique expositions

et pour ceux que l'art des estampes japonaises de la tradition ukiyo-e intéresse, allez voir le site de la Bibilothèque nationale de France ; une présentation extrêmement intéressante de l'exposition de 2008 y est encore visible avec de superbes diaporamas d’œuvres et des analyses fort intéressantes : voir expositions.bnf, puis estampes japonaises



 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Patrick le 1er décembre 2012


Une exposition présentant 40 oeuvres d'Hokusaï au musée Guimet à Paris est prolongée jusqu'au 7 janvier 2013
Pour information : Hokusaï est un des plus grand artistes japonais de la fin de l'ère Edo (fin XVIIIe- début XIXe s.) à l'égal d'Utamaro ou de Hiroshige.
Il a surtout réalisé des estampes ukiyo-e (= images du monde flottant), mais aussi des peintures et des dessins.
Parmi les premières des vues du mont Fuji ou de la grande vague de Kanagawa.
Il est très rare d'avoir la chance de voir les originaux hors du Japon.

Son travail n'est pas, pour qui apprend à le lire et le percevoir, sans nous donner matière à réflexion (pleins, vides, suspens, rythmes, placements, souffle ... et harmonisation des énergies)

Pour mémoire cela avait été évoqué lors des voeux de Didier en janvier 2011. (voir sur le site du club, onglet Nouvelles).
renseignements sur : 
www.guimet.fr

 
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 29 novembre 2012

Photos argentiques (suite). Voir commentaire plus bas en date du 23 juillet 2012.


    

 Argentique 12.jpg   Argentique 10.jpg   Argentique 13.jpg 
  Argentique 11.jpg     Argentique 14.jpg
 Argentique 16.jpg     Argentique 15.jpg 
 Argentique 17.jpg Argentique 18.jpg
     Argentique 19.jpg  Argentique 20.jpg 
Argentique 21.jpg    Argentique 22.jpg    
Argentique 24.jpg  Argentique 23.jpg


 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mathias le 15 octobre 2012
 
Vous pouvez voir l'émission Echappées belles consacrée au Japon traditionnel, émission diffusée il y a 8 j, sur le site de france 5 
 
www.france5.fr/echappees-belles/emission/japon/

Belle émission, d' 1h30 (à savoir, un petit reportage, aux 2/3 de l'émission, d'une durée d'environ 5-10 mn, consacré à un écrivain américain...), où l'on voyage à travers de magnifiques paysages, découverte de l'art des jardins japonais, des geiko, rencontre avec Takahiro IMOUE, maître japonais de Sumi-e (estampes à l'encre) et de Iaido (avec en prime une cérémonie de purification d'un sabre de 750 ans...). Intéressante sa définition très simple, de ce qu'est un samouraï, et qui est dans la droite lignée de ce qu'est, à mes yeux, un aïkidoka.
On y rencontre également des Ama, ces femmes qui plongent en apnée  à la recherche d'oursin et d'ormeaux, et bien d'autres choses encore....
A noter, pour Marc et Eric, mes deux compagnons de voyage de 2008, de bons souvenirs avec les bains Onsen (fantastiques, avec vue sur la vallée verdoyante...), et une séquence au sanctuaire Ongu, que nous avons eu la chance de visiter juste avant la démonstration internationale d'aïkido.

 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Fulbert le 15 septembre 2012

Toujours en cours, le travail avance lentement...

(Remontez le fil jusqu'au 24 mai 2011 pour voir la progression)          
 
 
O Sensei sculture.jpg

 
   Site : fulbert-dubois.fr/
 
 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Mathias le 23 juillet 2012


Voici quelques photos  argentiques, portraits du club....
L
e grain, l'atmosphère, le rendu de ces photos collant bien je trouve avec l'ambiance du club, et l'aïkido tel que nous le concevons. Il y a aussi une certaine idée de la photo avec l'argentique, telle que la patience, la nécessité de faire bien attention à ce que l'on fait, à déclencher au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard, que l'on ne retrouve pas avec le numérique où une certaine idée d'immédiateté, de jetable, de consumérisme peut prévaloir (même si le numérique a bien d'autres avantages d'ailleurs...).


Argentique 1.jpg   Argentique 2.jpg 
          Argentique 3.jpg      Argentique 4.jpg
   Argentique 5.jpgArgentique 5.jpg  Argentique 9.jpg

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 


Mathias le 15 juillet 2012 

Jeudi prochain, sur France 5, à 20h45, sera diffusé un documentaire de 45 mn, de la série "saveurs d'Asie", sur la cuisine japonaise....
A vos fourchettes !

Synopsis : Le Japon est une terre de créativité, d'expérimentation et d'exigence, dans de nombreux domaines et jusque dans celui de la gastronomie. Cette exigence de qualité se retrouve ainsi également dans la cuisine, dans ce pays où la beauté est de mise et où la gastronomie est érigée au rang d'art
. De la plus humble cuisine, jusqu'aux fourneaux des plus grands restaurants, la nourriture est traitée avec ingéniosité et inventivité. L'esprit japonais s'y révèle, qui sait transformer, grâce à un savoir-faire ancestral, l'ordinaire en mets et en plats extraordinaires.

 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 
Mathias le 23 avril 2012

Du 27 avril au premier mai 2012 Keiko Mori et "La forêt des Arts" organisent à La Mulonnière (Saint Antoine du Rocher chez Dominique Beauchesne), là où deux années de suite a eu lieu XXART, un événement culturel autour du Japon, intitulé "YAMATO Le Japon en Touraine". Seront présents des artistes japonais de grande qualité : la céramiste HAGUIKO, la calligraphe TEN-YOU, les peintres TAKESHI INABA et SETSUKO UNO. TEN-YOU et SETSUKO UNO feront des démonstration dans leurs arts respectifs. Des artistes français présenteront également leur travail lié au Japon, le peintre Dominique SAVIGNARD et les photographes Alain BOUILLOT et Pierre FUENTES. Ce dernier présentera  ses dernières photos sur le Japon, photos prises dans la zone volcanique d'Owakudani et traitées pour la plupart sur le mode de gravures. Le plasticien Michel DAVO fera une conférence sur le bambou dont il est spécialiste. Les arts martiaux seront présents ainsi que l'origami, l'ikebana et les bonsaï. N'oublions pas les manga avec la participation de BUREAU 21 remarquable promoteur d'artistes travaillant dans ce genre ainsi que de la médiathèque de Tours Nord. Nous aurons également le plaisir de recevoir des COSPLAY dont le défilé sera accompagné d'une performance de TEN-YOU. Les tambours japonais seront bien sûr présents ainsi qu'une joueuse de KOTO. Des films japonais seront également diffusés. Le programme n'est pas clos et nous pensons avoir d'autres activités. L'ouverture de cet événement aura lieu le 27 avril à 18h. Vous pourrez, le samedi et le dimanche vous restaurer sur place avec bien sûr des plats japonais.

Voilà, vous pourrez donc entre les deux tours d'élections prendre une grande bouffée d'air printanière... à la Mulonnière...!!!  Qu'on se le dise...

 

m.yamato-japon-touraine.webnode.fr/


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 
Alain le 15 avril 2012

j'ai mis sur mon site quelques projets de logos pour le Dojo .
Ce sont les premiers jets , je continue ...

alainpean.com/crbst_6.html

 
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jean-François BOUBAULT le 14 avril 2012  

Vous trouverez, sous l'onglet "Téléchargements", une série de documents d'initiation à la langue japonaise en relation avec l'Aïkido rédigés dans le cadre de la commission technique de la ligue du Centre. Elle sera complétée au fil de l'eau.

 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Pascal le 11 avril 2012 
Un membre de l'Aikidojo m'a offert un livre (je tairai le nom de ce membre, en indiquant juste qu'il prépare son 2eme DAN cette année ;)) il y a quelques mois. Ce livre, qui est devenu mon livre de chevet, est "Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon".
Il comporte de nombreuses petites histoires mais l'une d'entre elle a particulièrement retenu mon attention :
Un Samouraï se présenta devant le Maître Zen Hakuin et lui demanda : "Y a-t-il réellement un paradis et un enfer ?"
"Qui es-tu ?" demanda le Maître.
"Je suis le samouraï..."
"Toi, un guerrier ! s'exclama Hakuin. Mais regarde-toi. Quel seigneur voudrait t'avoir à son service ? Tu as l'air d'un mendiant."
La colère s'empara du samouraï. Il saisit son sabre et dégaina. Hakuin poursuivit :
"Ah bon, tu as même un sabre ? ! Mais tu es sûrement trop maladroit pour me couper la tête."
Hors de lui, le samouraï leva son sabre, prêt à frapper le Maître.… A ce moment celui-ci dit : "Ici s'ouvrent les portes de l'enfer."
Mais surpris par la tranquille assurance du moine, le samouraï rengaina son sabre et s'inclina.
"Ici s'ouvrent les portes du paradis", lui dit alors le Maître.
Je recommande cet ouvrage à tous les membres du club.
J'ai recherché d'autres contes et histoires de ce type sur Internet, et je suis tombé sur une notion que je ne connaissais pas : les Koan

fr.wikipedia.org/wiki/K%C5%8Dan_%28zen%29
ainsi que sur ce site qui propose plusieurs Koan et histoires courtes :
 
Les deux dernières histoires étant celles qui m'ont le plus touché ("un homme tomba dans un trou..." et "un homme arrive chez lui un soir fatigué...")

 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 

Mathias le 21 mars 2012

Le suiseki est un art traditionnel apparu au 6ème siècle après JC. D'abord chinois, puis japonais, il demeure un des arts traditionnels japonais au même titre que le bonsaï, l'ikebana etc.... Ces pierres étaient des objets de méditation le plus souvent, mais aussi des objets de valeur exposés dans le tokonoma des maisons traditionnelles japonaises.
(voir l'article complet "Suiseki" sous l'onglet Téléchargements > Divers)

 
Suiseki.jpg
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Fulbert le 14 novembre 2011

Enfin la pierre !..

(Remontez le fil jusqu'au 24 mai 2011 pour voir la progression)
 


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
 
Pierre-Marie le 12 novembre 2011
 
Un collègue m'a soufflé qu'une exposition sur les samouraïs avait lieu au musée du quai Branly à Paris jusqu'au mois de janvier prochain.
Ni lui, ni moi n'y sommes encore allés ; ci-joint un lien glané sur internet afin que chacun se fasse une opinion.
 
Avis aux amateurs !

 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Mathieu le 21 octobre 2011

J'ai regardé le film "Printemps, été ..." conseillé par Mathias et je le trouve effectivement remarquable, tant par la qualité de la photo que par le traitement de la parabole Saison/Vie/ Comportement. Ceci dit je n'aimerais pas être à la place du chat ...
Amicalement.

 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mathias le 3 octobre 2011
 

Une nouvelle contribution pour notre cercle : le film "Printemps, été, automne, hivers.... et printemps" du coréren Kim Ki-duck.
 

printemps-ete-automne-hi-ii04-g.jpg

 

 

Ce film, qualifié dans de nombreuses critiques de "chef d'oeuvre du cinéma coréen" relate l'histoire d'un vieux moine qui partage sa solitude avec un enfant. Le temple dans lequel ils vivent est au milieu d’un lac entouré de montagnes. Le rythme des saisons accompagne les cycles de vie du jeune disciple. Au printemps arrive la perte de l’innocence. Il connaît en été la passion qui consume l’esprit et les sens. En automne, il découvre la jalousie et les pulsions destructrices qu’elle déclenche. L’hiver est la saison de la rédemption et de l’expérience. Et, quand le printemps est de retour, le disciple est devenu un maître à son tour.

C'est un des rares films que je qualifierais de "sublime", d'autant plus appréciable avec une sensibilité asiatique proche du bouddhisme. A déguster au calme, sans être dérangé, avec une petite tasse de thé.... 

Ce film a reçu de nombreuses récompenses.
Si certains sont intéressés, faites le moi savoir.

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Fulbert le 26 aout 2011

L'étude se poursuit... la pierre attendra le temps qu'il faudra.



      fulbertdubois.canalblog.com/           
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Fulbert le 24 mai 2011
Voici un aperçu d'une étude en argile pour un portrait de maître Morihei Ueshiba. J'espère profiter de l'été pour avancer dans ce projet et passer à la réalisation en pierre.     fulbertdubois.canalblog.com/


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Laurent L. le 24 mai 2011

La vanité légitime toujours notre recherche de reconnaissance qui en matière d'arts martiaux modernes se traduit notamment par les grades, les attentions de son sensei, les appréciations de ses sempaï ou l'inverse...
Pour ce qui concerne au moins la question des grades, voici un message exemplaire d'un budoka qui aspire à la sagesse et à la lucidité, récemment abordé sur un célèbre forum francophone et qui mérite d'être lu :

 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Mathias le 19 mai 2011 
Voici deux adresses de blogs de français vivant au Japon :
Tout d'abord 
www.japanthroughblueeyes.com/ , blog sympa, d'un français plein d'humour, où ses péripéties et petits malheurs d'un étranger au pays du soleil levant m'ont amusé.
Ensuite, le blog de David Michaud, 
 
, français vivant au Japon, véritable passionné, qui a déjà écrit quelques livres sur le pays, et qui écrit de nouveaux articles en ligne tous les trois ou quatre jours. C'est en prime un bon photographe.....


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 26 mars 2011
Un article intéressant publié dans le numéro de télérama de cette semaine; il s'agit d'une interview de Philippe Piquet, éditeur de littérature japonaise. Il donne sa vision des choses quant aux mentalités japonaises, et à leurs réactions face à l'adversité.... Je trouve par ailleurs cette phrase extraite de cet article particulièrement frappante : "La philosophie des japonais est de trouver la posture la plus harmonieuse face à l'inéluctable". A méditer....
Je serai heureux de pouvoir en discuter avec les uns et  les autres.
  

 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Gilles le 26 mars 2011

Le 47 ème samouraï, un livre que je suis en train de lire, et qui vous plonge dans le Japon contemporain, mais où la présence des Arts Martiaux est toujours omniprésente aux travers des légendes ancestrales des samouraïs.
Un bon thriller.
livre518.jpg
livre dos519.jpg



 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Mathias le 13 février 2011

Steve Mc Curry est une légende vivante dans le milieu de la photographie; chacun connaît notamment le portrait de la jeune réfugiée afghane aux yeux
verts, photo qui à l'époque avait fait la couverture de l'excellente revue National Geographic.

Il a couvert énormément de conflits (Afghanistan, Irak, Birmanie etc...), mais a également photographié dans des situations moins difficiles.

Sur son site  (
 
),  cliquez sur "galleries" à droite; le cinquième icône est consacrée au Japon (admirez la superbe photo de l'artiste Hoitsu Roshi, 5ème photo de la série de 17). A la fin de séries quelques belles photos de la cérémonie du thé......

Prenez le temps de parcourir le reste de son travail, le niveau de maîtrise photographique est exceptionnel....


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
David-Emmanuel le 11 février 2011

 
Les Samouraï et l'héraldique

J'ai trouvé un site sur beaucoup de choses concernant les samouraïs, leur vie, leur batailles, leur histoire et encore plein d'autre choses. Hélas pour certain, ce site est en anglais.

Ce site est le suivant :                  
www.samurai-archives.com/index.html  (1)


Étant un peu intéressé par la symbolique et les symboles, j'ai trouvé au sein de ce site un petit trésor à mon sens concernant l'héraldique des familles de samouraï.

Cette héraldique japonaise est appelé MON ou KAMON. Vous trouverez une explication succincte sur Wikipedia sur le lien suivant : (et cette fois en français)   

 
 
 (2)

Au sein du premier site cité plus haut (1), on peut trouver un classement alphabétique des noms de famille avec les MON associés.

 
    
   
Classement par ordre Alphabétique Page Web
Abe to Chiba www.samurai-archives.com/crest1.html
Chosokabe to Imagawa   www.samurai-archives.com/crest2.html
 Ina to Kusunoki www.samurai-archives.com/crest3.html
Kyôgoku to Naoe www.samurai-archives.com/crest4.html
Narita to Saitô www.samurai-archives.com/crest5.html
Saitô to Takigawa  www.samurai-archives.com/crest6.html
Tanegashima to Yûki www.samurai-archives.com/crest7.html

(Source : www.samurai-archives.com)

Pour ceux que ça intéresserait, il y a le MON de la Famille TAKEDA dont Sokaku TAKEDA enseigna le DAITO RYU AIKI JUJUTSU à Maitre UESHIBA.

Bonne lecture et à très bientôt.


 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
David-Emmanuel le 5 février 2011

Pour cette nouvelle contribution, je voudrais vous inviter à découvrir pour ceux qui ne connaîtraient pas encore une forme de iaïdo directement inspiré par l'aïkido.

Parlons d'abord de Shoji NISHIO Sensei, je vais essayer, si l'on peut résumer  une carrière d'artiste martial en quelques lignes, de vous présenter les faits les plus importants :

- 18 ans auprès de O Senseï à étudier l'aïkido ( de 1951 à 1969 )
- 8eme dan (Shihan, Aïkikaï) d'aïkido
- 7eme dan de iaïdo - Nihon Zendoku Iaido Federation

Il fut autorisé officiellement à créer un style de iaïdo reconnu par ses pairs.
   
et hélas, décédé le 15 mars 2005 à l'age de 77 ans .

 
Pour plus d'information sur Shoji Nishio Senseï, voici un lien vers une page du site du club de Metz-Tessy dans l'est de la France en Français et en Anglais  
 
 
et un autre lien un peu plus détaillé sur une page du site du club Aikicam d'Amiens  www.aikicam.com/index.php

Cet artiste martial nous a laissé comme fruit de son expérience une synthèse de ses connaissances en aikido et en iaido au sein de l'Aiki Toho Iai

Voici un lien proposant une synthèse vidéo de 10 minutes pour qui voudrait découvrir ces formes de iaïdo  
www.youtube.com/watch 

 
Sinon, pour plus de détails voici les liens pour chacune des formes détaillés sous plusieurs angles avec leur correspondance en aïkido.
 
 
 

Kata Iaido Technique Aikido Numéro Kata URL You Tube
Shohatto Maegiri Shoji Nishio Aikido Toho Iai 01 www.youtube.com/watch
Ukenagashi Ikkyo Shoji Nishio Aikido Toho Iai 02 www.youtube.com/watch
Ushirogiri Kaitennage Shoji Nishio Aikido Toho Iai 03 www.youtube.com/watch
Zengogiri Aihanmi Shihonage Shoji Nishio Aikido Toho Iai 04 www.youtube.com/watch
Sayugiri Gyakuhanmi Shihonage Shoji Nishio Aikido Toho Iai 05 www.youtube.com/watch
Tsukaosae Gyakuhanmi Nikyo Shoji Nishio Aikido Toho Iai 06 www.youtube.com/watch
Tekubiosae Aihanmi Nikyo Shoji Nishio Aikido Toho Iai 07 www.youtube.com/watch
Kawashitsuki Tsuki Sankyo Shoji Nishio Aikido Toho Iai 08 www.youtube.com/watch
Tsukekomi Tsuki Kotegaeshi Shoji Nishio Aikido Toho Iai 09 www.youtube.com/watch
Tsume Irimi Shoji Nishio Aikido Toho Iai 10 www.youtube.com/watch
Sanbo Sankyo Shoji Nishio Aikido Toho Iai 11 www.youtube.com/watch
Shiho Shomen Shihonage Shoji Nishio Aikido Toho Iai 12 www.youtube.com/watch
Nukiawase Gokyo Shoji Nishio Aikido Toho Iai 13 www.youtube.com/watch
Todome Yonkyo Shoji Nishio Aikido Toho Iai 14 www.youtube.com/watch
Suemonogiri Suemonogiri Shoji Nishio Aikido Toho Iai 15 www.youtube.com/watch
 

(Source : youtube.com -  Contributeur : nishioru)
vous souhaitant un bon visionnage.



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
David-Emmanuel le 4 février 2011
 
Pour ma première contribution, je voulais vous présenter une page web sur les bokkens qui me paraît à la fois synthétique et d'un grand intérêt.

Bien qu'étant à l'origine sur un site commercial et mis à part le petit encart de pub sur les produits du site, les informations proposées me semblent claires et concises.

Elle portent sur le type de bois utilisé et leurs propriétés ainsi que sur la forme que peut prendre le bokken et leur entretien dans le temps.

De plus, cette page est assez rapide à lire.

lien vers la page :
 


Vous en souhaitant bonne lecture.
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Mathias le 28 janvier 2011
 
Un très bon film, que certains connaissent déjà : "Après la pluie" de Takashi Koizumi (sorti en 2000).
 
"Dans le Japon feodal, un groupe de voyageurs est bloqué par la riviere en crue dans une petite auberge de campagne. Parmi eux se trouvent Ihei Misawa, un ronin, samourai sans maitre qui excelle dans l'art du combat, accompagné de son épouse..."
 
C'est d'abord un beau film, avec une recherche d'esthétisme dans les prises de vue, les paysages.
C'est également un film plein de douceur, avec le personnage principal tout en humilité et en délicatesse, et cette belle relation amoureuse entre lui et sa femme.
 
C'est enfin un film avec de belles scènes de combats au sabre, très "justes", non exagérées. Il y a également un combat au boken qui mérite d'être vu ainsi qu'une scène où le ronin revoit seul des kata de iaïdo dans la forêt de toute beauté....
Bref, un film à voir !
 
J'ai le DVD, je le prête à qui veut.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mathias le 24 janvier 2011

Pour continuer à approvisionner cette rubrique, je propose une archive INA des années 60 sur Maitre Nocquet, que je trouve fort intéressante. Certains au club la connaissent peut-être déjà :

 
 


J'ai été assez impressionné par les randori de maître Nocquet à la fin, mais aussi et surtout les randori d' O sensei : la fluidité, la rapidité et l'énergie sont assez redoutables je trouve....

NB : petit jeu : il y a clairement une ressemblance entre Maitre Nocquet de ces années là et un pratiquant du club. Lequel ?

 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Pascal le 6 janvier 2011

Pour faire suite à la réflexion de Patrick sur l'oeuvre de Hokusai, je propose un lien vers l'article complet de Wikipedia sur "La Grande Vague de Kanagawa".


fr.wikipedia.org/wiki/La_Grande_Vague_de_Kanagawa
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------













 

Date de création : 12/07/2015 - 19:39
Catégorie : ACTIVITES - INFORMATIONS
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
INSCRIPTIONS

Saison 2018/2019
+++++++++++++++++++++++

.

Enseignement

.

Plan d'accès

.

Horaires des cours

.

Fiche d'inscription

.

Contact

.

+++!++++++++++++++++++++

INFORMATIONS

Article NR 26 juin 2018

 ++++++++++++++++++++++++

Gasshuku Dinard 2018

Date : 18 au 21 mai.

Compte-rendu

Rapport technique

Gasshuku Dinard 2019

Date : 30 mai au 2 juin (pensez à réserver ce week-end)

++++++++++++++++++++++++

Parce qu'il faut savoir d'où l'on vient ....
Vous trouverez sous l'onglet Téléchargements/Divers la
plaquette du 30ème anniversaire de la FFAB.

+++++++++++++++++++++++++

Quelques photos du séjour au Japon de Eric, Marc et Mathias sont en ligne

+++!++++++++++++++++++++

Sculpture d'un buste de Tamura Sensei par Fulbert.

Sculpture-Tamura-Sensei-V3.jpg

Vous pourrez suivre l'évolution de sa réalisation sur son Blog

+++!++++++++++++++++++++

TOKUBETSU KEIKO

          Ideogramme Tokubetsu Keiko 1.jpg

++++++++++++++++++++++++

Entraînement spécial, par groupes de niveaux, où chacun pourra travailler ses besoins particuliers du moment.

Les samedis de 15h00 à 18h00 :

- 20/10/2018

- 10/11/2018

- 08/12/2018

- 12/01/2019

- 02/02/2019

- 16/03/2019

- 27/04/2019

- 18/05/2019

Dojo du gymnase des Hautes Varennes, en lieu et place des cours du matin.

Il n'y aura donc pas cours au Dojo habituel de Bois Foucher ces samedis là.

RESULTATS GRADES

Promotion 20 novembre

- Hubert 4ème Dan AIKIKAI

Examen 20 juillet

-  Marie-Pierre 1er Dan AIKIKAI

Félicitations à eux pour leur investissement dans la pratique.